Préparer la rentrée avec mamie
Voyages

France, été 2020 (Partie 10)

Fin du voyage chez Mamie

Les derniers kilomètres de voiture

Petite pause escalade

Cela fait un moment que je n’ai pas fait d’apparté sur tes nuits pourries en voyage… Il y a eu des hauts et des bas, et sur cette dernière ligne droite, on est plutôt sur un bas (genre à la limite du sous-sol)! Tu finis cette dernière nuit de vagabonds dans les bras de Maman, qui tente de se câler avec la couette et des oreillers, pour ne pas te faire tomber.

Du coup, après ces galères nocturnes, tu te réveilles plutôt tardivement. Nous décidons de partir dans la matinée, plutôt que d’attendre ta sieste de l’après-midi. En une heure, les bagages sont pliés et la voiture chargée. Nous sommes devenus vraiment efficaces pour le voyage itinérant!

À la surprise générale, tu t’endors assez facilement dans la voiture! Et tu te réveilles assez rapidement aussi… Pour ne pas te faire subir de longues heures de route, alors que tu es bien éveillée, nous anticipons la pause déjeuner… Dans une salle d’escalade!

Papa est super content de pouvoir grimper un peu, et toi, tu en profites pour te défouler sur les gros tapis. Maman et Papa passent une bonne heure à alterner entre les voies et Louisette. Puis nous nous installons pour déjeuner au restaurant attenant à la salle de bloc.

Malheureusement, manque d’anticipation de Maman… Tu as déjà faim! Nous te commandons, trop tard, un poëllée de légumes (en précisant “bien cuits, car elle n’a pas de dents”). Le service est long, et les légumes arrivent brûlants et croquants. Nous les renvoyons en cuisine, mais tu es affamée et tu en as assez.

Nous trouvons dans la voiture deux trois morceaux de pain et quelques gâteaux à te faire grignotter en attendant. C’est une surprise de constaster que, parfois, la DME (Diversification Menée par l’Enfant, un article sur le sujet est en cours), c’est la merde!

C’est supposé faciliter la vie de parents (et bien souvent c’est le cas), mais aujourd’hui, cela aurait été mille fois plus simple de te sortir un petit pot de purée… Sauf qu’habituée à manger seule et à mâcher des morceaux, tu refuses catégoriquement d’être nourrie à la cuillère, d’une espèce de bouillie dont on ne reconnaît pas les ingrédients.

Retrouvailles chez Mamicat

Après une seconde micro-sieste en voiture, nous arrivons enfin à notre dernière étape! Ce voyage t’aura métamorphosée, à peine sortie de la voiture, ton comportement est beaucoup plus serein, plus ouvert. 

Tu te diriges directement vers tous les jouets et tu acceptes que Mamicat vienne près de toi. Mis à part un long et larmoyant coucher, cette dernière étape s’annonce plutôt cool! 

Les derniers jours du séjour

Pouvoir m'échapper, enfin!

Maman est tellement heureuse de te voir, enfin, jouer avec ta Mamie. Tu acceptes qu’elle te prenne dans ses bras, sur ses genoux… C’est un tel soulagement pour moi! 

Je profite de ces instants de “liberté” pour prendre de longues douches, faire des footing en forêt avec Papico, et même m’évader quelques heures pour faire du shopping! La plus heureuse dans tout ça, je crois bien que c’est Mamicat, qui n’attendait qu’une chose: Être seule avec sa petite fille!!! 

Bon, par contre, faut pas exagérer non plus, les bains et les couchers, c’est avec Papa ou Maman. Tu restes un bébé koala, rassurée et apaisée uniquement par les odeurs et les gestes de tes parents… Mon amour!

Quelques jours dans la Sarthe

Le besoin de réapprendre à communiquer

La maternité et l’expatriation sont deux événements déterminants dans la femme que je suis devenue. Pas facile pour ma propre Maman, ta Mamie, de m’avoir vu changer à distance… Beaucoup de non-dits se sont mis entre nous, de longues conversations que nous nous sommes faites, chacune dans notre tête, plutôt que l’une avec l’autre.

Dans la famille de Maman, la pudeur est un brouillard enveloppant, qui empêche toute expression de sentiments ou de désirs profonds. La frustration de ne pas savoir communiquer se traduit souvent en moqueries ou en ironie, et parfois, malheureusement, en agressivité. Nous laissons parfois échapper le trop plein d’émotions refoulées, par des disputes et des larmes…

Alors qu’il serait tellement plus sein / simple de réapprendre à communiquer. Avec ton Papa, cela nous aura pris huit mois en autarcie, dans un camion, pour savoir nous exprimer et nous écouter, et il y a encore beaucoup de ratés!

Je profite de la force qu’il m’apporte et de la sérénité que sa présence me procure, pour oser me lancer. Ces longues conversations avec tes grands-parents ne changeront pas tout, pas en une seule fois. Mais elles auront, je l’espère, ouvert des portes vers d’autres formes d’échanges entre nous. 

En devenant maman, je deviens responsable de ton éducation, de ton ouverture au monde, et ainsi de ton intelligence émotionnelle. C’est pour cela que je tiens à t’accompagner au mieux, dans l’apprentissage de l’expression de tes sentiments.

Je veux que tu saches me dire si tu as peur, si tu es heureuse, si tu as mal, si tu es excitée… Tu as le droit de tout ressentir. Et si cela te semble trop lourd à porter toute seule, je veux que tu te sentes écoutée, comprise et accompagnée. 

J’apprendrais avec toi, parce que pour le moment, je ne maîtrise que la partie théorique. Je sais comment et ce que je veux faire, et c’est un sujet que je tenais à aborder avec tes grands-parents.

Il est primordial pour moi qu’ils sachent comment nous envisageons ton éducation. Je désire qu’ils se sentent impliqués, car j’espère que tu passeras beaucoup de temps avec eux en grandissant. Ils ont tellement de choses à t’apporter!

Et surtout, je veux qu’ils sachent que je suis fière et heureuse de l’éducation que j’ai moi-même reçue. Ce que je ne fais pas de la même façon qu’eux ont fait avec moi, n’est en aucun cas contre eux.

La parentalité est un sujet qui me passionne, je passe des heures à lire et écouter des témoignages… Le fait d’être éclairée et informée, est une force qui me permet de mettre en place des choses qui, à mon avis, te/nous correspondent.

Si je ne me permettrais jamais de critiquer l’éducation que j’ai reçue de mes parents, je ne veux pas être jugée sur celle que je te donne. Cela ne veut pas dire que je me ferme aux conseils, aux dialogues et aux opinions! Au contraire, puisque le fondement de cette éducation est la communication.   

Retour à la maison

Nos petites habitudes de voyage

Nous sommes désormais rodés sur la synchronisation du voyage avec emploi de temps de bébé. Le train que nous avons réservé tombe, en théorie, pile poil pour une petite sieste matinale, en randododo dans le wagon bar.

Sauf que le monsieur n’est pas aussi gentil que la petite dame de la dernière fois… Il ne veut pas que je reste dans le wagon, même avec un masque. Du coup, on se retrouve entre deux portes, avec le brouhaha du moteur et des roues sur les rails qui te servent de bruit blanc.

Le train s’arrête un long moment au milieu des voies… Gros coup de stress, car notre correspondance à l’aéroport est vraiment courte! Plus bercée par les mouvements du train, tu te réveilles… Même si tu n’as pas fait une grande sieste, cela t’a suffit à reprendre des forces pour notre dernière ligne droite.

Dès notre arrivée en gare, le marathon commence! Se charger des sacs, de la valise et de bébé, puis “courir” jusqu’aux comptoirs d’enregistrement, tout en espérant qu’aucune embuche ne se glissera sur notre chemin…

Un “travel ban” a été mis en place par le gouvervement américain depuis le début de la crise sanitaire. Notre visa ne nous permet pas d’entrer aux USA… Sauf que nous sommes équipés d’un laissez-passer un peu particulier: Une Louisette!

Le fait que tu sois de nationalité Américaine, que tu sois mineure, et que nous soyons tes parents, nous fait bénéficier d’une exception à la règle. Une simple présentation du livret de famille permet à l’hôtesse de nous enregistrer pour le vol.

Chance ou organisation parfaite? Nul ne sait, toujours est-il que nous passons la sécurité tranquillou, et avons même le temps de nous poser pour un petit lunch devant la porte d’embarquement. 

Les habitudes de voyage

Le dernier vol!

Tu es crevée, épuisée, énervée, au moment où nous embarquons dans l’avion. Comme nous voyagons avec Air France sur ce vol, nous avons un peu triché sur ton poids et ta taille, pour avoir le petit bassinet pour bébé. 

Maman te construit une chouette cabane avec des couvertures. Tu es toute blottie dans une semie-pénombre et, je ne sais par quel miracle, ça fonctionne! Tu t’endors, non sans peine. Je prie pour que tu fasses une looooongue sieste!

Sauf que nous sommes encerclés d’enfants et de bébés… Une maman solo qui galèrera tout le vol à calmer sa petite (elle n’a pas dormi une seconde!) et un petit de 4 ou 5 ans, probablement hyperarctif, qui ne comprend pas pourquoi il ne peut pas courir partout…

Forcément, le calme ne dure pas… Après seulement 30 minutes, une crise de larmes derrière nous. Au début, tu ne tiques pas, mais les cris s’intensifient et finissent par te réveiller…

Cette micro sieste t’a suffisamment requinquée pour quelques heures! Tu veux découvrir la cabine, visiter les allées, rencontrer les hôtesses. Nous avons vite fait vingt-cinq fois le tour de l’avion! Mais tes deux toutes petites siestes de la journée ne t’ont pas suffit. Tu commences à faire des crises de colère et de fatigue…

Ce sera une bataille continue, entre une Louise qui s’endort, et les petits autour de nous qui hurlent… La galère! Environ une heure avant l’aterrissage, tout le monde semble être calmé. Je te remets dans le bassinet…

Tu t’endors instantanément! Et là, voilà pas l’hôtesse me dit que “nous allons commencer la descente”, et qu’elle viendra chercher le bassinet dans 5 minutes… Je l’aurais égorgée sur le champ!

Finallement je ne te bouge pas, j’attends qu’elle revienne. Hahaha, Maman rebelle! Elle ne repasse que trois quart d’heure plus tard. Je te prends en port bébé contre moi et, miracle, tu restes endormie!

Un orage gronde au dessus de l’aéroport, ce qui oblige notre avion à tourner autour de la piste de longues minutes, avant de pouvoir se poser. Cela te permet de dormir plus longtemps, nous en sommes ravis. Ce n’est qu’une fois au sol que tu ouvres tes petits yeux…

Welcome back to America my little love! 

Bébé USA

Vous reprendrez un bien une petite dose de stress

Notre dernière inconnue est une possible interdiction d’entrer sur le sol américian, toujours du fait des restrictions mises en place.

L’arrivée à l’aéroport est bien différente de d’habitude, peu de gens, peu d’agitation. Avant le passage en douanes, on nous prend la température et on nous fait signer un papier attestant que nous ne présentons pas de symptomes du Covid. Même toi, tu dois “signer” ton attestation!

Le douanier ne nous pose vraiment aucun soucis. Ce qui prend le plus de temps, c’est de réactiver le visa de papa qui, pour je ne sais quelle raison, n’avait pas été validé au retour de Toronto (Hop, un petit coup de pub pour notre article sur Toronto et les Chutes du Niagara).

Nous nous retrouvons dans un taxi en direction de la maison en moins de trente minutes. C’est plutôt confort les voyages en crise sanitaire, tout va plus vite!

Nota Bene

Nous avons bien conscience d’avoir jouer avec la morale… Ce n’est pas une bonne chose d’avoir transgresser toutes ces règles.

Nous nous sommes mis en danger et avons fait prendre des risques à beaucoup de gens. Si tout le monde avait fait comme nous cet été, la pandémie serait bien pire aujourd’hui…

Ce choix de coeur plutôt que de raison, nous ne le regrettons pas. Mais pour autant, nous ne sommes pas du genre à dire m*(& à la société, aux règles et au gouvernement… 

Quelle heure est-il?

Tu t’attends certainement à ce que je te dise que le décalage horaires aura été horrible, que nous n’avons pas dormi pendant des nuits!… Et c’est le cas!

Mais cela n’a pas duré longtemps!!! En trois ou quatre jours, tu t’es de nouveau réglée sur ton rythme et tes horaires habituels… Et après une semaine, tu as fait TOUTES tes nuits complètes!

Il aura fallu 13 mois, mais cette fois nous y sommes, nous avons un bébé qui ne se réveille plus la nuit! Maman a mis du temps pour ne plus se réveiller, elle, pour retrouver son équilibre et un peu d’énergie. Mais, quand même quoi, tu dors!!!

Retrouvez-nous très bientôt pour un voyage en famille... En Louisiane!
D'ici là, n'hésitez pas à suivre nos aventures de frenchexpatusa sur Instagram:

Notre périple de 6 semaines et 2305 km

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *